Qui suis-je ?

Peintre en décor/dominotier, le papier, la couleur font partie intégrante de mon univers et de mon langage.

Après une carrière de plus de quinze années dans le privé, l’envie de créer, de transformer la matière, d’utiliser un nouveau mode d’expression ont été plus forts et m’ont amenée à suivre une formation de peintre en décor à Versailles, puis de bénéficier du dispositif de transmission des savoir-faire rares de la Fremaa, en intégrant l’atelier d’Alexandre Poulaillon, à Mulhouse.

Aujourd’hui, dans mon atelier, je continue à apprendre et à tenter, avec humilité, de réinventer la peinture en décor, tout en développant ma connaissance et ma pratique de la dominoterie, et ce afin de l’intégrer dans ma démarche artistique et professionnelle.

La beauté du geste, la transmission d’un savoir-faire rare et de tradition font partie intégrante de ma vision de l’artisanat d’art et de mes deux métiers, la peinture en décor et la dominoterie.

Audrey Zeher

Peinture en décor

La beauté du geste. La création et la réalisation de décors peints sur-mesure

L’essence même du métier de peintre en décor consiste en la réalisation de décors panoramiques, de trompe-l’œil, de ciels de plafond, de fresques, d’imitation de matières – bois, marbres, pierres, tissus – de patines… Le peintre en décor est amené à travailler sur différents supports, tant sur des toiles qui pourront être marouflées que directement sur un mur. Il a également la possibilité de travailler pour des chantiers du patrimoine dans le cadre de travaux de restauration de monuments historiques.

domino

Papiers dominotés

Le métier de dominotier consiste en la réalisation de papiers imprimés à la planche et dont les couleurs sont ensuite appliquées au pochoir ou au pinceau.

L’origine des papiers dominotés remonte au milieu du XVIIIe siècle. Les dominotiers gravaient et éditaient des papiers de tentures ainsi que des papiers dominotés utilisés pour tapisser des objets, recouvrir des livres en attente de reliure ou orner des murs. Ces feuilles étaient imprimées en milliers d’exemplaires par l’artisan, elles étaient vendues à l’unité ou par rames par des papetiers, libraires ou merciers.

Les papiers dominotés sont considérés aujourd’hui comme l’ancêtre du papier peint. Ceux constitués de grands motifs sont conçus « au raccord », formant ainsi un dessin continu et répétitif. On ne parlait pas encore de papier peint, mais de « papier de tenture » ou « papier de tapisserie ». Les papiers dominotés sont tombés en désuétude à la fin du XVIIIe, lors de l’apparition des papiers peints en rouleaux venus d’Angleterre.